La robe Eliana, le confort en toutes saisons 

Eliana est un patron de Pauline Alice. C’est une robe semi-ajustée avec une taille et un décolleté froncés. La jupe comprend des poches prises dans les coutures et arrive au-dessus du genou. Elle est présentée en deux versions : une version A avec des manches raglan froncées au poignet, une ouverture sur le devant et une taille élastiquée, et une version B, sans manche, avec une ouverture dans le dos et nouée à la taille avec un ruban de gros-grain. Le patron, de niveau 1/3, est disponible en version pochette et pdf, en anglais, français et espagnol au choix, et gradé des tailles 34 à 48. Les marges de couture de 1,5 cm sont incluses.

elianapattern
Ce qui me plait dans ce modèle ?

La taille élastiquée, très confortable car ajustable, et parfaitement compatible avec ma morphologie en A (sur le bon choix de patron par rapport à sa morphologie) les poches évidemment, et le joli détail : l’ouverture devant fermée par un lien.

 

Comme je manque encore de robes (surtout de mi-saison) dans ma garde-robe 2017 (j’en ai cousu moins d’une dizaine jusqu’à présent), je cherchais une robe simple à coudre et décliner, et il m’a semblé que ce modèle était parfait en terme de niveau de couture et de déclinaisons possibles.
En avril, j’ai acheté plusieurs patrons de Pauline Alice (après mes Xerea, j’étais conquise) dont la robe Eliana, mais sans avoir aucune idée du tissu. Fin juin, je suis allée faire un tour sur le site de Pretty Mercerie où j’ai trouvé ce coton léger à motifs noir, rose et taupe, et là, j’ai tout de suite vu mon Eliana d’été.

Chebiwoman_Eliana_ETE_3
Eliana version été

 

Après avoir cousu la première, et histoire de m’améliorer encore (notamment dans la pose de l’élastique et du biais sur la fente indéchirable du buste devant), j’ai pensé à une Eliana d’automne en flashant sur ce magnifique crêpe Georgette chez Tissus.net en octobre. Pour ces deux réalisations, j’ai choisi de coudre la version A, manches au coude pour l’été, et manches longues pour l’automne.

Chebiwoman_Eliana_8
Eliana version automne

Comme à mon habitude, j’ai cousu une toile, pour m’assurer que le modèle était bien compatible avec ma morphologie, m’entraîner aux points délicats (ici, il s’agit de l’ouverture biaisée, des fronces à la taille élastiquée et de la pose du biais pour faire une encolure froncée), et vérifier que la taille choisie est la bonne. Les patrons de Pauline sont prévus pour une stature d’1,65 m, et je suis toujours attentive à coudre des vêtements que je peux porter au travail et dans les transports en commun sans dévoiler mon intimité.

 

 

La toile réalisée fin juillet ayant confirmé tous ces points, j’ai commencé la découpe début août, puis je suis partie en vacances… A mon retour, j’ai terminé la découpe et ai assemblé la robe. Je m’étais dit que j’allais rallonger la version finale (ce n’était pas évident d’évaluer jusqu’à quel point, car je n’ai pas monté l’élastique lors de la réalisation de la toile) et la pause a été tellement bénéfique que j’ai tout simplement oublié !

Rien de grave cependant, je suis contente de cette pièce, un peu courte et légèrement transparente pour le bureau, mais tout à fait adaptée aux apéros entre amis les soirs d’été (bon, maintenant on est d’accord, ce sera pour l’année prochaine !)

 

Chebiwoman_Eliana_2

Chebiwoman_Eliana_3

 

Comme lors de ma première expérience avec les patrons de Pauline Alice, les pièces du patron s’emboîtent bien et les explications, amplement illustrées, sont assez claires. Et pour une fois, je n’ai rien modifié (ajout de poche, d’une ceinture etc.), j’ai simplement choisi de poser un biais noir à cheval pour souligner le motif.

La seconde version, plus automnale, suit strictement le patron, avec des manches au poignet. Comme je l’avais prévu quand j’ai fait ma toile, j’ai rallongé la longueur de la jupe et l’ai cousue en crêpe Georgette : un bonheur à coudre et à porter car le tissu très fluide ne froisse pas et se tient bien.

Chebiwoman_Eliana_4
En couture, je considère qu’il faut savoir prendre son temps pour des finitions impeccables et, même si cette robe est accessible aux débutantes, j’ai noté deux points qui requièrent plus de précision et de minutie :

  • La ceinture élastiquée : je vous conseille de tracer un trait (à la craie ou au feutre lavable selon vos habitudes et votre tissu) pour être à 3 cm tout le long, ni plus ni moins, sous peine d’avoir des difficultés à passer votre élastique un fois la ceinture formée.
  • Les fronces et la pose du biais : la patience est de rigueur pour répartir les fronces de la taille et la précision nécessaire pour les fronces de l’encolure ; les indications de Pauline à ce sujet sont très précieuses.

Par ailleurs, si la fente indéchirable vous effraie, Pauline a publié sur son blog un tuto illustré. Y a plus qu’à !

Chebiwoman_Eliana_ETE_5

A part cela, je n’ai rien noté de particulier, et je confirme que ce modèle est vraiment accessible à une débutante pour une première robe. Qui plus est, cette pièce est comme la robe Clémence de Chez Machine  une pièce facile et rapide à réaliser, élégante, déclinable à l’infini et, avec ses deux versions (manches longues et sans manche), parfaitement adaptée à toutes les saisons. C’est tout ce que j’aime, explorer encore et encore un patron pour m’améliorer et en exploiter tout le potentiel.

 

D’ailleurs, vu la facilité d’exécution de cette pièce je prévois aussi une version hiver.
Il ne me reste plus qu’à trouver le tissu, … et peut-être le temps aussi !
Et vous, vous avez déjà cousu la robe Eliana ? Qu’en avez-vous pensé ?
Bonne soirée !
Sylvie


MÉMO TECHNIQUE

  • Niveau : débutant
  • Tissu : Pour le tissu, Pauline conseille de choisir des tissus de poids léger avec drapé comme une soie, une viscose, un coton, un voile ou même un jersey…J’ai choisi un coton léger, légèrement transparent pour la version été et un crêpe Georgette pour la version automne.
  • Fournitures Version A (pour la version B, reportez-vous aux indications sur le patron)
    • 2,5 m en 150 cm de laize ou 3 m en 110 cm de laize
    • 2 m. de biais de 2 cm de large, 1 m. d’élastique de 2 cm de large
  • Budget (Version été )
    • Patron : 8€ (version pdf)
    • Tissu : 2,5 m de coton imprimé fushia, black & taupe chez Pretty Mercerie : 9,50€ (laize : 140 cm) 24€
    • Fil Güterman : 2,50€ (la mercière du coin)
    • Biais : 1,50€ le m, soit 3€ (la mercière du coin)
    • Élastique : 2€ le m, soit 4€ (la mercière du coin)
    • Total = 41,5 €
  • Budget (Version automne)
    • Tissu : 2,5 m de crêpe Georgette à carreaux noir chez Tissus.net : 10,95€ (laize : 145 cm) 28€
    • Fil Güterman : mon stock
    • Biais : mon stock
    • Élastique : 2€ le m, soit 4€ (la mercière du coin)
    • Total = 30 €
  • Points délicats : la réalisation de l’ouverture devant, de l’encolure froncée et la pose de l’élastique à la taille
  • Modifications : longueur de la jupe rallongée de 4 cm, pose du biais de l’encolure à cheval

Un commentaire sur “La robe Eliana, le confort en toutes saisons 

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :