Bergen, le cardigan pastel

Bergen est un patron de la créatrice Anne Kerdilès. C’est un cardigan à manches raglan, des plis à l’encolure et sur le bas des devants, et des empiècements bas arrondis. Le patron, disponible aux formats PDF et pochette (en rupture pour le moment), est gradé du 34 au 48, les marges de couture sont incluses.

bergen-anne-kerdiles-couture-web-600x600

Le choix du patron
Comme je le dis à chaque fois, les patrons d’Anne sont parmi mes préférés.

J’aime ses modèles intemporels, féminins, abordables et bien conçus. J’aime aussi les illustrations de ses pochettes, délicates et modernes. Pour moi, Anne Kerdilès c’est une valeur sûre et j’ai déjà à mon actif un certain nombre de pièces cousues d’après ses patrons : que ce soit à mes débuts (la robe Malo et les blouses Milan et Cézembre, des modèles cousus 2 ou 3 fois chacun), pour progresser vers des pièces plus techniques (la veste Tanger), pour tester de nouvelles pièces (la jupe-culotte Formentera) ou tout simplement à l’occasion de coups de cœur comme Andria, j’y reviens toujours et si j’avais le temps j’en aurais déjà cousu beaucoup plus !

Et pourtant, Bergen est un patron que j’ai depuis quelques temps, sans l’avoir jamais cousu.

Pourquoi ? Comme souvent, je ne trouvais pas le bon tissu et quand je ne trouve pas le bon tissu, je ne me projette pas et le patron prend la poussière sur mon étagère. Comme souvent, c’est la rencontre avec ce tissu qui m’a fait bouger.

ChebiWoman_Bergen_27

Évidemment, mon choix s’est porté sur un tissu avec un motif à rayures complexes (bleu/marine, bleu/marine, puis bleu/rose, bleu/rose etc.) pour cette première fois. C’est le même phénomène que les soldes : tu vas faire les soldes, tu entres dans une boutique et sans savoir comment tu ressors avec le seul article non soldé du magasin. Ici c’est le même phénomène : j’ai vu ce tissu chez The Sweet Mercerie, j’ai eu un coup de cœur et je l’ai commandé. Même si je n’ai pas eu Bergen en tête immédiatement, je savais que je voulais en faire un haut ; pourtant je ne le voyais pas en pull, ni en tee-shirt… rapidement, Bergen s’est imposé.

Moi qui adore les plis, c’est le détail qui m’a fait craquer ; a contrario, jusqu’à ce que je l’aie terminé, je ne savais pas si j’allais mettre les pressions : je n’aime pas cette finition, et qui plus est, j’avais un peu peur d’un drame vu la légèreté de ma maille. Je crois qu’au moment de mon choix, je n’ai pas mesuré le travail qu’allaient nécessiter les raccords…

ChebiWoman_Bergen_43

ChebiWoman_Bergen_11

ChebiWoman_Bergen_08

 

Le choix du tissu
Comme je l’expliquais plus haut, j’ai craqué sur ce tissu : ce sont des couleurs pastel, ce qui n’est pas mon habitude, et des rayures (ça par contre, c’est une idée fixe chez moi je crois) ; je trouve l’ensemble à la fois coloré et doux. Cette palette change un peu des couleurs d’hiver et pour un gilet, le côté pastel apporte de la douceur et un effet cocooning tout à fait à propos.

Évidemment qui dit rayures dit raccords et comme je les voulais impeccables, avant même de commencer, j’ai visionné l’introduction et la partie dédiée aux raccords de tissus à rayures du cours d’Artesane sur le sujet et j’ai bien fait. Il y a quelques temps que je n’en ai pas cousu et cela m’a permis de me remémorer les points importants : ne pas couper au pli (quoi qu’on fasse, ça glisse), reproduire quelques rayures à certains endroits du patron et surtout… s’armer de patience !

ChebiWoman_Bergen_02

Cette étape m’a demandé plus de temps que l’assemblage du vêtement en lui-même et j’ai crains jusqu’au bout d’avoir laissé passer une erreur… En fait, tout s’est bien passé, à ceci près que j’ai dû effectivement faire une petite erreur pour les têtes de manches… Si les deux parties de la manches sont parfaitement raccordées entre elles, il y a un décalage entre les rayures tout en haut de la tête de manche et le haut des devants et des dos. Je pense que j’ai fait attention de bien raccorder sous la manche et que, par conséquent, j’ai zappé le haut de la manche, ce qui explique probablement ce léger décalage. Peu importe, pour le coup, ça ne me gêne pas !

ChebiWoman_Bergen_01

 

Le choix de la taille
Le gilet est une pièce qui se porte avec une voire plusieurs autres couches de vêtements, et dans laquelle on veut avoir bien chaud. Il faut donc trouver la bonne longueur, ajuster la carrure et surtout en ce qui me concerne, la largeur des bras. J’ai cousu une toile pour vérifier ces éléments et j’ai retouché le patron : j’ai ajouté 5 cm à la longueur globale de la pièce (devants, dos, parementure devant), 3 cm à la longueur des manches et 1 cm au dos, à la parementure dos et à la ceinture dos pour en améliorer l’aisance.

ChebiWoman_Bergen_16

 

Focus sur les points techniques
Je vous le disais plus haut, ce n’est pas tant l’assemblage que la toile, les retouches sur le patron et la découpe qui m’ont pris énormément de temps. Une fois toutes les retouches faites sur le patron (pour les débutants qui passeraient par ici, il s’agit de couper la ligne « rallonger ou raccourcir ici » que l’on trouve sur les pièces du patron, pour ajouter ou supprimer des centimètres), j’ai préparé la découpe, étape la plus délicate de cette réalisation.

ChebiWoman_Bergen_17

Puisqu’il est recommandé de ne pas couper au pli pour avoir de beaux raccords, j’ai retouché mon dos puis décalqué un second dos (je me suis servi de film plastique pour recouvrir les livres, c’est transparent et suffisamment solide et souple, en un mot, parfait !)  que j’ai scotché au premier pour ne faire qu’une seule et même pièce. J’ai répété l’opération pour toutes les pièces au pli (parementure dos et ceinture dos).

Ensuite, j’ai été particulièrement attentive aux raccords de manches, aux devants et aux empiècements, en reportant quelques rayures sur mon patron pour avoir un repère. Il fallait que cela ait l’air aussi naturel que possible.

ChebiWoman_Bergen_18

ChebiWoman_Bergen_19

Autre point technique : les plis aux manches et au bas du vêtement. Je suis simplement allée relire mes notes prises lors du visionnage du cours d’Artesane sur le sujet et j’ai soigneusement tracé la ligne au milieu de chaque pli, puis j’ai plié, repassé et piqué. Le résultat est impeccable.

ChebiWoman_Bergen_34

ChebiWoman_Bergen_29

ChebiWoman_Bergen_28

Ensuite, il s’agit de couture d’un tissu maille, donc à part l’utilisation d’une aiguille jersey en 90, il n’y a rien à signaler : l’assemblage ne m’a posé aucun problème !

Pour les finitions, j’ai finalement décidé de ne pas poser de pression : vu la légèreté de tissu, même de très bonne qualité, j’ai eu peur d’un drame. Malgré tout, comme je trouve ce détail des deux pressions posées l’une sous l’autre à intervalles réguliers très joli, j’ai posé des boutons décoratifs dans le même esprit et je trouve le rendu très sympa.

ChebiWoman_Bergen_42

ChebiWoman_Bergen_40

ChebiWoman_Bergen_38

ChebiWoman_Bergen_37

 

Bilan
Je suis ravie d’avoir enfin cousu ce patron. Je ne relève qu’un léger bémol qui m’avait été signalé sur Instagram, c’est l’encolure que je trouve un peu trop décolletée. J’ai certainement accentué le phénomène en choisissant ce tissu assez léger et en ajoutant un centimètre dans le dos. Ceci dit, ce n’est pas gênant et c’est un point que je retravaillerai certainement pour la prochaine version.

Je suis ravie également de mon choix de tissu, même si la préparation m’a pris beaucoup plus de temps que je ne l’avais imaginé. Quand je regarde la pièce terminée, je suis bien contente d’avoir pris mon temps pour les raccords : un vêtement mal raccordé par étourderie (comme ma seconde blouse Envol par exemple), c’est le genre de choses qui m’agace à tel point que je peux laisser le vêtement au placard pendant quelques temps avant de le porter. Cette fois-ci, mission accomplie, je suis plutôt fière de mes raccords ! En revanche, je n’ai pas encore réussi à sauter le pas des pressions, on verra peut-être pour la seconde version !

Et vous, aimez-vous ce modèle ? L’avez-vous déjà cousu ? Dites-moi tout en commentaire !

Je vous souhaite un bon weekend,

Sylvie


MÉMO TECHNIQUE

  • Niveau technique : intermédiaire
  • Tissu : selon l’effet recherché, tout est permis : une maille souple pour un cardigan léger, ou un jersey matelassé pour une veste plus structurée
  • Fournitures
    • Tissu en 150 cm : 150 cm
    • 10 boutons pression
    • Fil assorti
  • Budget
    • Patron PDF 9,50€
    • Tissu : Tissu Jersey Coton / Modal Rayé / Lurex The Sweet Mercerie 14,90€ le mètre, soit environ 25€ pour cette pièce (FDP inclus)
    • Fil Gütterman numéro 74 : 2,50€ à la mercerie du coin
    • Boutons décoratifs effet pression : mon stock
    • Total : environ 37€

 

12 commentaires sur “Bergen, le cardigan pastel

Ajouter un commentaire

  1. Tu peux être fière de ton travail,belle réussite.J.ai déjà cousu ce modèle dans un jersey Milano fuschia.Je trouve l.encolure un peu trop dégagée et je ne suis pas vraiment fan des pinces sur les épaules.Je le porte de temps en temps avec un chemisier et un petit foulard.
    Des événements familiaux ne m ont pas permis de coudre en janvier.Pour février,je reprends la toile de mon chemisier Liseron.Je pense coudre un gilet cannelle noir et préparer le pantalon Johnny de Delphine et Morisette
    Evelyne

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Évelyne
      Merci beaucoup pour ton gentil commentaire
      Je crois qu’on est plusieurs à partager le même avis sur l’encolure trop dégagée… par contre j’aime beaicoup les plus aux épaules : c’est original et cela structure un peu je trouve.
      Quant au programme de février, je suis intéressée par ton retour sur Liseron, c’est l’une de mes 9 pièces à coudre cette année 😉

      J'aime

  2. Alors j’avais déjà très peur des rayures et des raccords mais là je me rends compte que c’est vraiment difficile et que surtout ça demande une patience folle ce qui est loin de me caractériser !!!
    Cela dit, je viens de regarder mes vêtements rayés achetés dans le commerce et … et bien tes raccords sont bien plus réussis que ceux de mes vêtements 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Tu aimes la difficulté ! des raccords de fou ! tu as tout bâti pour que ça tienne bien avant de piquer ?
    je l’attendais avec impatience pour comparer avec le monceau, j’aime bien l’encolure plus dégagée, mais je ne suis pas fan des plis…. Il me faudrait un mix des deux !
    En tout cas, les couleurs sont très douces, ça fait du bien !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Isabelle
      Oui, je crois que je suis un peu maso, mais quand je vois le résultat, c’est la plus belle récompense ! Merci pour tes compliments en tout cas.
      Je n’ai pas bâti, en revanche j’ai soigneusement épinglé.
      Je suis certaine que tu dois pouvoir faire un mix de Monceau et Bergen, d’ailleurs c’est une bonne idée, je pourrais faire de même pour avoir une encolure moins dégagée. A réfléchir…
      Merci encore et bon Dimanche !
      Sylvie

      J'aime

    1. Merci de ton commentaire Alexandra 🙂
      Comme tu dis, c’est une aventure mais avec un peu de patience et la bonne méthode, on s’en sort effectivement pas mal.
      Bon dimanche !
      Sylvie

      J'aime

Répondre à Couture en coulisse Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :