La chemise Liseron, une jolie découverte

Je continue de rattraper mon retard sur le blog (pour comprendre de quoi je parle, c’est par ici) et je vous présente la petite nouvelle : Liseron. C’est un patron de la marque Atelier Scämmit, la troisième pièce de ma capsule d’avril/mai. C’est une chemise sans pince poitrine à la coupe ample avec un empiècement doublé et une option froufrous à poser sur le poignet et/ou le col. Le patron est gradé du 34 au 48, les marges de couture sont comprises.

liseron
Le choix du patron
Atelier Scämmit fait partie de mon top 5 des marques de patrons indépendants (avec Chez Machine, Anne Kerdilès, Pauline Alice et Ivanne S) : j’ai déjà à mon actif plusieurs vêtements cousus d’après ces patrons – 2 blouses Stockholm, 2 blouses Envol, 2 jupes Bonjour et une blouse Be Pretty, et j’ai bien l’intention d’en coudre d’autres !

Ce que j’aime chez Atelier Scämmit ? De jolies pièces, des finitions aux petits oignons, des patrons soignés, proposant la plupart du temps de nombreuses déclinaisons, des marges de couture incluses et une vidéo tutorielle proposée systématiquement et gratuitement avec chaque modèle pour coudre sans stress et progresser.

ChebiWoman_Liseron_02

ChebiWoman_Liseron_04

Même si mon modèle de chemise de référence, c’est Adeline de Coralie Bijasson (un modèle plus ajusté que j’adore, la première chemise que j’aie cousue, j’en ai trois versions à mon actif), j’ai Liseron en ligne de mire depuis quelques temps. J’aime ce côté loose et le détail des froufrous aux manches me titillait même si je ne suis pas une grande fan de cette finition a priori. Par ailleurs, j’aime travailler le même vêtement à travers des patrons et approches variés, je pense que c’est un bon moyen de progresser.

 
Le choix du tissu
Généralement, quand je couds une chemise, je me lâche dans le choix du tissu : des zèbres, un imprimé fleuri, un motif bariolé : j’aime contrebalancer le côté un peu sage de la chemise considéré comme un vêtement « habillé ». En revanche, pour cette première Liseron, j’avais en tête une certaine sobriété pour valoriser le détail des froufrous aux poignets et j’imaginais une couleur et un motif plus standard, facile à assortir avec les autres pièces de ma garde-robe sans pour autant aller vers un tissu uni. J’ai choisi une viscose blanche à pois noirs achetée chez Cousette qui me semble être le tissu parfait pour une chemise de printemps : souple, soyeux, léger, agréable à travailler, … mais avec un effilochage maximum !

ChebiWoman_Liseron_01

ChebiWoman_Liseron_10

 

Le choix de la taille
Avant de coudre ma toile, j’ai comparé mes mensurations avec les mesures des pièces devant et dos et j’ai tracé mon habituel compromis (40 à la poitrine, 42 à la taille, 44 aux hanches). Après la version test, je n’ai fait que deux ajustements mineurs :

  • j’ai ajouté une valeur de couture de 1,5 cm autour des côtés des manches pour être à l’aise ;
  • j’ai ajouté quelques centimètres à la hauteur du poignet que je trouve un peu petit dans la version originale, quitte à accentuer le côté ample.

ChebiWoman_Liseron_06

ChebiWoman_Liseron_13

ChebiWoman_Liseron_15

 

Les points techniques
C’est la cinquième fois que je couds ce type de vêtement et je suis ravie de constater que c’est de plus en plus facile. Evidemment, avec la vidéo tutorielle qui accompagne chaque patron, c’est une promenade de santé.

Alors certes, la chemise est une pièce technique qui demande un minimum d’expérience mais il n’y a rien d’insurmontable. Si vous cousez votre première chemise, je vous recommande de regarder au moins une fois la vidéo en entier avant de commencer, de faire une toile, puis de suivre la vidéo tout en cousant, en même temps que Johanna. Personnellement, cette méthode me convient parfaitement, j’ai l’impression d’avoir la créatrice rien que pour moi !

ChebiWoman_Liseron_11

ChebiWoman_Liseron_07

Quant aux points techniques, ce sont toujours les mêmes et aucun d’eux ne m’a posé problème :

  • La technique du burrito pour monter les empiècements dos : si l’on se base uniquement sur le livret explicatif et que c’est la première fois, c’est un peu compliqué ; en revanche avec le tuto et une fois qu’on a pigé le coup, c’est simple et la finition est impeccable !
  • Les coutures anglaises : quand on l’a fait une fois, on ne peut plus s’en passer. Rien de compliqué, on fait simplement deux coutures au lieu d’une (envers contre envers puis endroit contre endroit) et le rendu est parfait ;
  • Le col et le pied de col : plus j’en fais plus je trouve mes finitions jolies, et moins cette étape me stresse. Grâce à la vidéo de montage, j’ai même appris des astuces supplémentaires sur le sujet pour une finition comme les pros ;
  • La fente indéchirable : l’étape minutieuse par excellence, qui demande un peu d’entrainement. La méthode est très bien expliquée dans la vidéo et même si je dois encore m’entraîner pour que ma surpiqûre soit vraiment parfaite, je suis assez satisfaite de cette nouvelle tentative ;
  • Le froufrou : après Dinard, je crois que cette année est celle des fronces ! Moi qui n’aimais pas cette finition, je suis en train de basculer du côté obscur de la fronce. Attention cependant, comme souvent, c’est l’un de ces petits détails qui prend plus de temps qu’il n’en a l’air.

ChebiWoman_Liseron_16

ChebiWoman_Liseron_18

ChebiWoman_Liseron_17

 

Le bilan
J’en avais entendu beaucoup de bien de cette chemise Liseron. C’est effectivement une réussite, une belle découverte, tant en termes de patron que d’approche. Adeline reste indétrônable avec sa coup ajustée, mais j’ai eu beaucoup de plaisir à coudre et porter Liseron, et elle me permet d’envisager autrement ce vêtement dont je ne me lasse pas. Elle entre directement dans mon best of des patrons et j’ai déjà deux autres versions en tête pour l’automne et l’hiver prochains, avec et sans froufrou pour varier les plaisirs : autant dire que l’essai est transformé !

Et vous, quel est votre modèle de chemise préférée ?
Je vous souhaite une belle fin de journée,
Sylvie

 


MÉMO TECHNIQUE (version froufrous aux poignets)

  • Niveau intermédiaire
  • Tissu : Johanna conseille des tissus de poids légers à moyen (130 à 270 g/m2) comme la batiste, le crêpe, le denim léger, la flanelle
  • Fournitures
    • Tissu : 180 cm de tissu (laize 140 cm)
    • Thermocollant : 80 cm x 60 cm
    • 9 boutons de 12 mm de diamètre
    • Fil assorti
  • Budget
    • Patron PDF : 9€
    • Tissu : viscose blanc à pois marine Cousette (épuisé) environ 22 € (FDP compris)
    • Fil Güterman blanc : mon stock
    • Entoilage Vlieseline : mon stock
    • Boutons : mon stock
    • Total = environ 30€
  • Points de vigilance : empiècement dos, col et pied de col, fente indéchirable

7 commentaires sur “La chemise Liseron, une jolie découverte

Ajouter un commentaire

      1. Non, je ne possède pas ce patron. En plus, j’ai déjà cousu 2 patrons d’Atelier Scammit et jusqu’à présent, ça n’a rien donné de concluant. Il faudrait que je persévère pour comprendre ce qui ne va pas … Alala mais tellement d’envies et si peu de temps.

        Aimé par 1 personne

      2. Ah ok… je te conseille de contacter la créatrice sur le site de la marque pour lui signaler ce qui ne va pas de ton côté, il n’y a pas de raison.
        Tellement d’envies et si peu de temps, à qui le dis-tu !

        J'aime

Répondre à hibbis.be Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :